un dimanche au Grand Prix de Monaco

Un bon dimanche au Grand Prix de Monaco.
Fabuleux week-end ou une invitation tombée du ciel m’a permis d’aller au Grand Prix de Formule 1 de Monaco. C’était Noël, avant l’heure. Connaître enfin le mythe de ce Grand Prix qui fait partie de l’histoire de la F1, c’est certainement le rêve de beaucoup d’amateurs de ce sport mécanique. Alors la terrasse privée, c’est très bien. Pas de soucis de boisson, de nourriture, d’ombre, de toilettes. Le luxe feutré de la réception ou l’amabilité et la courtoisie sont de rigueur. Pas chez les certains participants, puisque parmi eux, on retrouve les idiots habituels impolis et s’imposant, jouant des épaules sans s’excuser pour voir a tout prix. Et puis on ne peut pas dire que la vue soit imprenable. C’est même limite. On ne se plaindra pas, tellement le prix des places en tribune est exorbitant. On est beaucoup mieux sur un circuit comme celui de Barcelone. Mais je pourrais dire que je l’ai fait. Et ça, c’est inoubliable !

Publicités

j’ai deux amis !

J’ai retrouvé deux amis au Grand Prix de Formule 1 à Barcelone. Des héros que j’ai vu et admiré dans ma jeunesse. Tout d’abord, le journaliste Jean-Louis Moncet dont je lisais les articles dans Sport Auto. J’aimais ce magazine qui racontait la Formule 1 de l’époque avec passion. Et puis Jacques Laffite, le pilote des exploits de l’Ecurie William’s mais aussi de l’Ecurie Ligier, avec René Arnoux. Un Champion qui faisait rêver, avec les Beltoise, Jabouille, Depailler et Cevert. Je me rappelle d’un incroyable Grand Prix du Canada sous la pluie, couronné d’une victoire. Et dimanche au Grand Prix d’Espagne à Barcelone, nos chemins se sont croisés. On s’est salué, je les ai remercié pour ce qu’ils font, et ils m’ont serré la main. La veille, j’avais croisé Christophe Malbranque que j’ai remercié et salué. Ben j’étais fier ! Merci Messieurs !

Jean-Louis Moncet et Jacques Laffite – Grand Prix F1 de Barcelone 2012