Le photojournalisme, ce loisir…

Le photojournalisme, ce loisir….

J’ai été personnellement victime de ce genres de pratiques avec le magazine Thuriès, dont la rédactrice en chef s’étonnait de devoir signer les photos:
« Apres 21 ans dans ce métier, vous comprenez, je n’ai jamais eu de problème… ».  « On m’a dit qu’il n’y avait pas de problème ».
Nota Bene: dans le numéro incriminé, toutes les autres photos sont signées…

Publicités

Tu la veux ma photo ?

Difficile rentrée ! Très difficile ! Aprés le pèlerinage à VISA, on revient le coeur vaillant. Et puis on vous remet un coup sur la tête:
– je découvre sur Facebeurk  une vingtaine de photos qu’on m’a « emprunté » sans me demander mon avis, sans aucune signature. On appelle ça du vol.
Quand on veut quelque chose, on le demande !
– aujourd’hui, je découvre que quelqu’un a donné une photo qu’il a fait avec son téléphone à une publication, qu’on m’a demandé de réaliser.
– aujourd’hui encore, je vais être obligé de ré-expliquer à un commanditaire que la Photographie est mon métier, et que j’en vis.

Donc on récapitule: je suis photographe et je vis de mon travail.
Ca s’appelle un professionnel. Je suis donc un photographe professionnel.

C’est incroyable d’être obligé d’expliquer aux gens que le travail qu’on produit a une valeur. Artistique ET marchande.

Tu la veux ma photo ? Je la vends !
Etonnant, non !

Photo volée !